Shouro Jidai

L'époque des clochers
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Kei Hynawa
Admin'
Admin'
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2013

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Pouvoir:
Lien :
MessageSujet: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize] Mar 3 Sep - 22:27

Me revoilà à Salix. Encore une fois. Avec Nelson blessé, nous n'avions pas pu aller bien loin et comme la ville minière était la plus proche, c'était là que nous avions posé nos valises quelques temps. Du moins, le temps qu'il se soigne et soit complètement remis sur pied. Je lui avais administré les premiers soins mais ça n'avait pas été suffisant. Il souffrait toujours. Il était sous ma responsabilité et je devais m'occuper de lui. Par conséquent, je devais trouver de quoi le soulager. C'est pour ça qu'il fallait que je m'active pour récolter suffisamment d'argent pour acheter de quoi le guérir. Ce n'était pas vraiment à Salix que la fortune viendrait à moi mais bon, je n'avais pas trop le choix.

Enfin bref. La ville était toujours aussi insalubre que lors de ma dernière visite. Je la détestais toujours autant d'ailleurs. Les rues malfamées étaient monnaie courantes. Les déchets au sol, le regard des gens, sans compter les nombreuses ventes réalisées sous le manteau ou encore le marché noir qui faisait des recettes astronomiques. Salix avait donc tout pour plaire pour ceux qui avait une éthique aussi développé que le QI d'une huître. J'avais évité le marché noir. Je ne voulais pas croiser le vendeur avec lequel j'avais eu une altercation la dernière fois. Dispute qui avait conduit à l''adoption' de l'homme chat. Je ne regrettais pas cette acte. Ou du moins ça ne me dérangeait pas. Même si, dès qu'il serait remis sur pied, je l'obligerai à trouver un nouveau maître ou une nouvelle maîtresse. Uniquement pour son bien.

Je finis par m'installer au coin d'une rue, assez animé. Enfin 'animé' si vous voyez ce que je veux dire. Je me changea pour mettre ma tenue de scène favorite, composée d'une chemise rayée noire et rouge aux manches blanches, avec sur les poignets un alignement de six boutonnières dorés, d'un foulard cette fois rouge. Mes épaules sont recouvertes de deux morceaux de tissus en forme de triangles dont le côté gauche est rouge et le droit vert. Ma taille est entourée de ces mêmes tissus de la même couleurs. Un pantalon noir est dissimulé en dessous d'une paire de bottes, marron, montante jusqu'au trois quart du mollet et serrée par un lacet beige. Je dessina ensuite sous son œil gauche une étoile violette, avant de cacher la partie droite de mon visage par un masque blanc serti de trois perles bleus bas de gamme. Il n'y avait pas à dire, j'adorais vraiment cette tenue. Une fois prête, je me mis à attirer la foule en criant.

Finalement je sus attiser la curiosité de quelques individus qui formèrent un petit cercle devant moi. Je commença mon spectacle en douceur. Quelques aimants, quatre pour être précis, étaient placés sur une simple feuille de papier blanc. Je frotta doucement mes mains l'une contre l'autre afin de créer de l'électricité statique. A cette époque, et surtout dans cette ville où peu de gens sont instruits, les duper de la sorte était un jeu d'enfant. L'un des aimant atterrit dans ma main alors que les autres se collèrent l'un à l'autre sans contact de ma part. C'était vraiment le tour bas de gamme. Passons au tour un peu plus spectaculaire. Cette fois, la feuille s'enflamma dès que je reposa l'aimant sur cette dernière. Cela était simplement produit par un court circuit. Prenant un morceau de bois qui traînait à terre, je fis la même chose, le faisant brûler comme si il s'agissait d'une torche. Cela fit un peu plus d'effet que le tour précédent. J'enchaînai sur mon tour favoris, celui des serpents électriques se faufilant parmi la foule. Il marchait relativement bien quelque soit la classe et l'âge du public.

Tout c'était plutôt bien passé. On me donna l'équivalent de soixante dix égen. Ce n'était pas trop mal en sachant que j'étais à Salix. J'aurai de quoi acheter un peu de nourriture, un baume de soin et des bandages pour Nelson qui était resté aux portes de la ville, dans un coin tranquille. Je devais le rejoindre dans quelques heures d'ailleurs. J'avais été obligé de lui fournir un couvre feu pour ne pas qu'il s'inquiète et me suive. Il était bien trop protecteur. A croire que je ne savais pas me défendre toute seule. Certes j'avais parfois des moments de faiblesse mais je me reprenais lorsqu'il le fallait !

D'un coup les gens dans la rue s'écartèrent pour laisser passer une 'escouade' de policiers. Oulà ! Ça craignait pour moi ça.. Ni une, ni deux, je remballa vite fait mes affaires avant d'entrer une ruelle. Je m'y changea pour mettre une tenue plus conventionnelle, avant d'aller me fondre dans la foule. Je ne devais pas me laisser prendre. J'étais recherchée pour ce qui s'était passé il y a six ans, et pour l'accident de la dernière fois. Officiellement j'avais 'enlevé' une marchandise. Officieusement, je l'avais sauvé d'une vie misérable. Enfin. Je ne devais pas me faire attraper, c'était ce qui incombé.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Rose collectée: 1 de Epsio.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize] Mar 10 Sep - 20:31

Son regards s’assombrit, et se fit plus dur. Il baissa la tête, et continua son chemin à travers la foule danse de badauds. Salix. Une ville qu’il haïssait, et adorait. Le seul endroit où il se sentait à sa vraie place. Parmi les vivant, et les morts… ou les futurs morts. Finalement, il s’assit sur un vieux mur cassé, à moitié pourri, et couvert de mousse morte. Le marché noir. Quel environnement glauque et insalubre. Hybride, hommes, femmes, enfants, tous avaient un prix. Une qualité. Tous étaient vendables, sources d’argent et de profit. Il plongea son regard à travers l’épaisse foule, noir, et sale, et balaya le secteur d’un ample coup d’œil.

Il n’en avait que faire. Une absence complète de sentiment envers ses pauvres erres. Pas de mépris envers les marchands, pas compatissant pour les marchandises. Tous des cibles, des victimes. Vivante aujourd’hui, morte demain. Ils étaient tous observé, contrôler, avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Les riches dans cette ville minière veulent garder leur argent durement gagné à tout prix. Et pour ça, rien de mieux que d’engager un assassin. Un assassin payer Dix Egens pour une cible. Un rien. Il baissa les yeux, et s’enroula un peu plus dans sa grande cape brune. Il n’avait pas froid, mais cela le reposait. Lui offrait une sensation de sécurité.

Pourquoi don était-il retourné à Salix ? Il aurait pu sagement rester à Jakarta, dormir dans son lit, ne pas bouger…alors pourquoi ? Peut-être parce qu’il savait pertinemment que dès qu’il reviendrait, il allait se fondre dans la masse pour le profit d’un autre. Un plaisir. Pourquoi tuer est un plaisir ? Il ne pourrait pas être comme tout le monde ? Non. C’était aléatoire. Un coup gentil, un coup méchant. A la fin, il se demandait ou il se trouvait. Etait-il le bien ? Ou le mal ? Oh, et puis quel intérêt de penser à cela. Il y réfléchirait plus tard, quand il aurait le temps de ce torturé l’esprit.  Là, il avait un travail à remplir. Il se releva, et reprit sa marche, tout sens en alerte.

Il passa devant un miroir et se jeta un coup d’œil. Ses yeux verts cerclé de noir et de cernes, la mine sombre, la peau pâle. Elancé, marchant d’un pas vif. Une bête traquée. Ou dans son cas, une bête qui traque. Dix égens, c’était son prix, et un marchant peu scrupuleux en avait profité. Une jeune fille, cheveux blond et court, yeux bleu. Une description un peu vague, mais de tel physique, on en trouvait peu. Un léger sourire étira ses lèvres quand il sentit sa main gauche vibrée. Le contrôle des ombres était à la fois une malédiction et une bénédiction.

Une lumière trop forte, et c’est la souffrance. Mais à Salix, ville couverte d’un nuage de minéraux, rien de mieux pour utiliser son pouvoir. Et voilà justement qu’un de ses éclaireurs avait repéré sa cible. Il se dirigea vers la pulsation, suivant aveuglément les dictâtes de l’ombre. Finalement il l’a vit, fessant maint, et maint tour de passepasse. Il se permit le luxe d’observé le spectacle jusqu’à la fin, et d’applaudir. Après tout, il finira par la tuer. Alors, pourquoi ne pas s’amuser ? Soudain, une troupe de garde dispersa la foule, et la jeune fille disparut dans une ruelle. Elle en sortit un temps plus tard, changé, puis se fondit dans le brouhaha environnant. Sa main gauche palpitait.

A ce moment, personne ne baissait les yeux vers le sol. Si quelqu’un l’avait fait, il aurait vu un garçon aux yeux vert sans ombre aucune. La sienne suivait une jeune fille aux cheveux d’or. Il s’éloigna dans un endroit isolé, et une nouvelle ombre apparut. L’ombre de la ville. L’ombre des ruelles. Les mains dans les poches, le visage grave, et les iris teinte de la couleur de la mort, il articula d’une voix acéré à l’énorme chien d’ombre :

-Suis là. Éloigne là. Change les ombres de la ville. Perd là dans les ruelles qui semble toutes pareilles. Amène la moi.

L’énorme chien grogna, montra les dents, et partit dans un rugissement galoper dans les sombres ombres alentour. Treize quant à lui, s’assit dans la rue déserte, et attendis. Sa cible arriverait bientôt. Patience.
Revenir en haut Aller en bas
Kei Hynawa
Admin'
Admin'
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2013

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Pouvoir:
Lien :
MessageSujet: Re: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize] Sam 14 Sep - 23:38

Après l'incident avec Nelson, nous nous sommes retrouvés à Salix. Là où tout avait commencé pour nous deux. Blessé, je l'avais obligé à rester à l'extérieur de la ville pour sa sécurité. J'avais même du faire un marché avec lui pour qu'il ne me suive pas. Je devais retourner au point de rendez vous d'ici quelques heures pour qu'il ne s'inquiète pas. J'avais fait mon spectacle et avait ramassé suffisamment d'argent pour acheter un peu de nourriture et de quoi le soigner. Alors que mon show venait à peine de se terminer, la foule se dispersa pour aller apercevoir une escouade de policier. Sans attendre une seconde j'avais ramassé mes affaires et m'étais changée dans une ruelle adjacente avant de me fondre dans la masse que formait la population de Salix. Je ne devais surtout pas me faire prendre. Si ça venait à arriver ça serait fini pour moi.

La foule était dense et j'avais du mal à me faufiler à travers les passants. A croire qu'ils s'étaient tous donner le mot pour m'empêcher d'avancer ! Je bousculais sans le vouloir les personnes qui étaient sur mon chemin. Je n'avais pas le choix puisqu'ils s'écartaient tous pour laisser passer la brigade de policiers. Ils en avaient vraiment après moi ou quoi ?! Cinq cent mètres et je tourna dans une ruelle pour bifurquer à nouveau à droite à la première occasion. Puis encore à droite. Je devais leur échapper si ils en avaient après moi. Je repris ensuite la rue principale. Enfin c'est ce que je pensais. Mais bon. J'étais toujours dans une petite ruelle toujours aussi sale. J'étais pourtant certaine que cette route menait à la rue principale.. Je décida de faire demi tour. Sans succès. Ce que je cherchais ne m'apparaissait pas. Après plusieurs aller-retour je commençais à vraiment trouver ça étrange. Même si les rues de Salix avaient été conçu à la manière des galeries minières, elles n'étaient pas un labyrinthe non plus ! Je soupira, abandonnant un peu l'idée de comprendre. Je ne savais pas ce qui se passait mais ça commençait vraiment à me saouler !

Je m'apprêtai à faire énième fois demi tour en espérant trouver la rue principale lorsque j'entendis un bruit sourd et des grognements s'approchaient. Je me tourna lentement vers l'origine du son en craignant ce que j'allais découvrir. D'abord mes yeux ne virent rien puis une ombre avant de voir débouler un énorme chien à l'air féroce. Non mais c'était une blague là ?! Après les poulets, le clébard ! Et il semblait vouloir me faire la peau en plus ! Sans plus attendre, mes jambes se mirent à s'activer, commença alors une course poursuite. Le molosse ne voulait vraiment pas me lâcher les basques. Je parcourais les allées aussi vite que je le pouvais sans même faire attention où j'allais. Je renversais des poubelles, des objets et tout ce qui pouvait me passer sous la main pour tenter de ralentir le chien, qui soit dit en passant était monstrueux. Je traversais les allées désertes sans prêter attention à ce qui m'entourais. Tout ce que je touchais tomber au sol pour faire barrage. Je tenta même un éclair pour le stopper mais bizarre ça le transperça comme si de rien n'était. C'était bizarre mais je n'avais pas vraiment le temps de m'arrêter sur ce détail. J'allai où mes pas me menèrent. ET c'est dans une ruelle encore plus sombre que les autres. Le chien semblait avoir cesser la poursuite. Je me retourna pour faire demi tour mais c'était comme si je m'étais retrouvée face à un mur. J'avais beau poser la main sur du vide, elle se heurtait à une cloison invisible. C'était quoi encore ce bordel ?! J'en avais marre de me retrouver dans des situations pas possible ! Surtout que je les cumulais en ce moment ! Je tourna la tête et décida, par obligation, d'avancer dans l'allée. Je voyais à peine mes pieds. Je n'étais pas très rassurée... Par le manque de clarté de un, du comment j'ai débarqué ici de deux et enfin par l'ambiance qui régnait. Ça sentait le coup fourré à plein nez, et bien sur, j'étais dedans comme une idiote. Je me désespérait moi même. Au bout de la rue, deux légères lueurs vertes se laissèrent apercevoir. Je continua de m'approcher jusqu'à constater qu'il s'agit d'une paire d'yeux. Un homme aux cheveux noirs. Environ mon âge était assis contre un mur. Ne me dîtes pas qu'il s'agit d'un cul de sac en plus ?! Je commençais vraiment, mais alors vraiment à regretter d'être revenue dans cette maudite ville ! Et Nelson qui m'attendait.. A ce train là, il allait parcourir Salix pour me retrouver. Je soupira avant d'interroger l'inconnu :

- "Vous aussi vous êtes perdus ? A moins que vous n'habitiez ici ? Dans ce cas pourriez vous m'indiquer un moyen de retourner dans l'avenue principale s'il vous plait?"

Dans cette bourgade tout pouvait arriver. Même si je m'étais montrée polie avec le jeune homme, je n'en restais pas moins sur mes gardes, prête à l'électrocuter au moindre signe suspect de sa part.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Rose collectée: 1 de Epsio.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize] Lun 16 Sep - 21:09

Les yeux grand ouvert, il attendait les bras croisés, enroulée dans sa cape couleurs terre rouillé. Terre rouge. La tête penché vers le sol, il contemplait le dallage gris et usée de la rue. Son ombre avait fait du bon boulot. Sa connaissance devait l’aider, mais c’était vraiment jouissif de ce dire qu’il avait si bien réussi à « dressé » sa partit sombre. La pénombre  de Salix. Les yeux mis clos, il releva la tête. Des pas. Une respiration. Une course. Il vit déboulé une tête blonde du coin de la rue. Et il devait dire qu’il était étonné. Loin d’être inquiète pour son sort, il lisait un agacement certain dans ses yeux bleu. Tellement vivant d’ailleurs...c’est yeux bleu.  La jeune fille soupira, et lui adressa la parole. De plus en plus étonné, il en resta un instant sans voix. Elle lui parlait ? Elle lui adressait la parole ? Dans un élan de normalité, il se prit à répondre.

-Non, je ne suis pas perdu, mais je n’habite pas non plus dans ce trou à rat.

Il la détailla un instant, et marqua un silence. Une poubelle se renversa, et il sauta sur ces pieds, en alerte. Quand il aperçut le gros chien noir près des ordures étendu sur le sol, il soupira de soulagement. L’animal d’ombre et de brume s’approcha, et lécha la main ballante de Treize. Avant de parler. Qui sait si la fille pouvait l’entendre ? Il s’en moquait.

- Finit-en. Aller, on n’a pas toute la journée. Tue là, et passe à autre chose. Comme à chaque fois. Aller !

Il regarda le chien, puis la fille blonde, puis le chien de nouveau. Il se sentait perdu. Treize pouvait être tellement simple…ou tellement compliqué. Un rien, une situation nouvelle, ou un tiraillement intérieur, et il ne bouge plus. Immobile, il réfléchit. Oui, non ? Le chien grogna. Il sursauta, et baissa les yeux. C’est vrai. Il devait tuer. Tuer. Il devait la tuer. Mais…la petite tête blonde semblait chargée d’électricité. Pleine de vie. Une flamme, une existence encore toute jeune…mais sous cette peau, coulait aussi un sang rouge vif. Une vie à éteindre, à prendre. A posséder. Mais aussi à sauver.  Ange ou Démon? Il se posa de nouveau la question. Il ne pouvait pas. Il ne devait pas là laisser partir, mais pourquoi la tuer ? Cette énergie vive. Si vive… Le chien grogna.

-Tue là Treize !


Levant le nez, il plongea son regard dans celui de sa cible. Pourquoi choisir ? Il sourit à demis amusé à la jeune femme, et montra une ruelle adjacente du doigt.

-La sortit est -elle par ici ?


Pris d’euphorie, il pointa une nouvelle ruelle.

-Ou par-là ?

Une dizaine de ruelle reliait désormais le cul de sac à des destinations inconnues.

-Par ici, par là ? Ou vas-tu aller maintenant ?

Tellement drôle. Mordillant maintenant sa main, le chien-loup l’interpela de nouveau.

-Ne réfléchit pas. Dix égens, c’est ton prix non ? Elle ne pourra pas offrir mieux, tu l’a vu ? Allez ! Fait ton métier ! Vite ! Tue là !
Revenir en haut Aller en bas
Kei Hynawa
Admin'
Admin'
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2013

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Pouvoir:
Lien :
MessageSujet: Re: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize] Sam 21 Sep - 23:32

Après avoir eu les flics au fesses, c'était au tour d'un énorme chien à l'air féroce de me poursuivre. Je devais vraiment, mais alors vraiment, être maudite. J'avais couru et encore couru dans les ruelles sans même faire attention où je mettais les pieds. Je tentais de ralentir la bête comme je le pouvais avec des objets mis sur sa route, ou encore un éclair qui passa étrangement au travers. Je ne me posais aucune question. Je devais juste semer l'animal. Je finis par entrer dans une allée très sombre. Tellement noir que j'étais incapable de voir où je posais mes pieds. J'avançais lentement en m'attendant au pire. J'étais guidée par deux lueurs vertes au bout du chemin. Ce n'est qu'en arrivant devant ces dernières que je découvris qu'il s'agissait d'une paire d'yeux, appartenant à un jeune homme de mon âge environ. Il était assis contre un mur et semblait attendre je ne sais quoi. Ou qui. Je lui demanda poliment comment retourner à la route principale. Bien sur je restai sur mes gardes. A Salix tout et surtout n'importe quoi pouvait arriver. Le garçon répondit assez simplement qu'il n'était pas perdu et qu'il n'habitait pas non plus ici.

Après ses quelques mots je sentis son regard insistant sur moi. Il ne me renseignait pas beaucoup sur le coup là... Bon.. Je décida de faire demi tour. Mais pile au moment où j'allais tourner les talons, un fracas se fit entendre. Je me retourna pour voir l'origine du bruit et je vis le chien de tout à l'heure. L'énorme bête noire. Je fis un pas en arrière prête à prendre mes jambes à mon cou. Mais non. L'animal se mit même à lécher la main de l'homme en face de moi comme si il s'agissait de son animal de compagnie. C'était son chien ? Vraiment ? Il n'était pas un peu trop grand pour être réel ? Il regarda le toutou avant de reporter son attention sur moi pour retourner sur la bête. C'était très étrange comme situation. Je me sentais même de trop. L'intruse qui ne devrait pas se trouver là. Mon choix était fait à présent. Je devais retourner dans la rue principale, au plus vite. Pour moi. Et pour laisser les deux êtres vivants en face de moi régler leur compte. C'était ce que j'avais de mieux à faire, non ? Le chien grogna. Une fois. Deux fois. Alors que je reculais lentement, toujours en leur faisant face. Le bleu croisa le vert durant un instant. Je craignais un peu la réaction de mon interlocuteur face à ma fuite qui se voulait discrète. Cependant, contre toute attention il sourit avant de montrer une rue du doigt en disant que la sortie était par là. Je pensais qu'il n'était pas d'ici. Il se fichait de moi ? Et il poursuivait en plus en indiquant d'autres rues les unes après les autres. Le brun se moquait vraiment de moi là... Mais vraiment.

"Où vas-tu aller maintenant ?"

Je soupira. J'en avais assez d'être tournée en bateau comme ça. Je n'étais pas ce genre de fille après tout. Je le remercia de son 'aide'. Même si elle ne me servait strictement à rien. Puis je pris la direction d'une des allées. Je me doutais bien qu'elle ne me mènerait pas à l'endroit où je souhaitais me rendre. Mais bon. Qui ne tentait rien n'avait rien. L'allée était aussi sombre que la précédente. Un silence de mort régnait. S'en était presque oppressant.. Pour pouvoir voir où mes pas me dirigeaient et où j'étais passée en cas de labyrinthe, je marquais la zone d'un petit éclair qui éclairait également d'une faible lueur. Pourquoi ça n'arrivait qu'à moi ce genre de chose ? Je n'arrêtais pas de collectionner les ennuis et ça continuait encore et encore. Après plusieurs minutes, je finis par revenir à mon point de départ. Le garçon était toujours présent. L'animal également. Oh, bien sûr ça ne m'étonnait pas. Je m'y attendais même. Son petit numéro de tout à l'heure m'avait largement mis sur la voie. Je lui jeta un coup d’œil avant de tenter ma chance dans une autre ruelle. Je la marqua à mi chemin d'un éclair comme la précédente et je recommença autant de fois qu'il le fallait pour revenir à la rue principale.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Rose collectée: 1 de Epsio.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize] Dim 29 Sep - 15:47

Tuer. Il avait envie de la tuer. De faire couler ce sang rouge avec un délice inhumain. Après tout, il ne l’était pas. Humain. Ou  même angélique, ou démoniaque. Il était un affreux mélange, une abomination, un tiraillé. Un demis sang. Ange, démon, humain, ombre. Qui était-il ? Que ce passait-il dans ces tripes ? Comment son corps pouvait-il survivre à la guerre intense que fessait les deux parties de son pouvoir ? Les deux parties de son cœur ? Déjà que cela touchait sa santé mentale… Un jour, ce corps si jeune, tomberait en poussières, désagrégé par ce combat incessant…

Dans des années, des siècles, voir des millénaires…combien de temps vivrait-il dans ce calvaire ? Combien de temps avant que son esprit ne lâche ? Combien de temps avant qu’il ne devient un montre assoiffé de sang ? L’éternité ? Ne pas pouvoir mourir…il faudrait qu’on lui détruise le cœur, ou le crâne. Sinon, il vivrait. Il lâcha un rire ironique. Ces changement de camps, bon, puis mauvais, modifiait même son caractère à force. Il s’était fait une raison. Il vit la jeune fille revenir, agacé. Il eut un rictus, et lâcha un rire.

-Toujours aussi perdu. Hein ?


Le chien grogna, et se coucha à ces pieds. Treize avait fait un choix de personnalité. Il ne pouvait plus l’influencer. Neutre. Il essayait désespérément de rester dans le camp neutre. Mais quand votre esprit ce débat avec différentes manière de penser, c’est dur de rester rangé.

-Tu cherche pour rien. Toutes les rues sont des culs de sac.

Il ne la regardait même pas. Répondant avec ironie même, à ses questions muettes. A quoi bon, il n’allait pas la tuer. Il avait bien mieux à faire, bien plus important que de ce débarrassé d’une jeune femme. Le chien se releva, et menaça la blonde.

- Well !

Le chien frissonna à son nom, et repartit près de son propriétaire, disparaissant, se fondant dans son ombre. Il hocha la tête.

-Bien.

Il se releva, et les ruelles fondirent comme des bougies, pour laisser place à la rue. La vraie rue, au bout on voyait les passants. La sortie du labyrinthe. Là ou d’autres attendait pour mettre fin aux jours de la jeune femme. Il se tourna vers elle, la sonda un moment, puis rit.

-Je te déconseille de t’éloigner des ombres de Salix. A moins que tu ne veuille tomber sur des assassins plus…fiables que moi. Dix égens. C’est mon prix. Bonne chance pour la suite.


Il s’éloigna dans la rue principale. La plantant là, avec sans qu’elle le sache, dans son ombre, un énorme lézard. Parfait prédateur, parfait protecteur, et parfait espion. Si, lui, ne l’avait pas tué, personne ne la tuera. C’était décider.
Revenir en haut Aller en bas
Kei Hynawa
Admin'
Admin'
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2013

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Pouvoir:
Lien :
MessageSujet: Re: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize] Lun 30 Sep - 22:22

Ma journée avait pourtant bien commencé... J'avais tranquillement fais mon spectacle sans problème. Puis tout s'était bousculé. La garde et l'énorme chien qui se sont mis à mes trousses. J'avais débarqué dans une drôle de ruelle, un cul de sac où je tomba sur un étrange garçon. Garçon qui se jouait de moi. Vraiment. Alors que je lui demandais où se trouvait la sortie il m'indiqua non pas une rue, mais deux puis trois et ainsi de suite. Agacée, j'avais décidé d'ignorer totalement ce qu'il me disait. J'allai dans une ruelle que je marqua d'un éclair. Je revins à mon point de départ. Je pris un autre chemin. A nouveau le point de départ. Je refis cela plusieurs fois. Je ne sus pas combien exactement mais plus je le faisais et plus cela m'énervait. Je n'allais quand même pas pourrir ici quand même ?! Le garçon qui dut remarquer mon agacement, se mit à parler en lâchant un petit rire :

"Toujours aussi perdu. Hein ? Tu cherches pour rien. Toutes les rues sont des culs de sac."

Il se fichait de moi ? Il ne pouvait pas me dire ça avant ?! Je vous jure les hommes. Ceux de Salix étaient certainement les pires de tous. Vraiment. Entre temps, le chien qui lui appartenait, me grogna dessus pour ensuite se coucher à ses pieds. C'était vraiment un drôle de toutou. Heureusement que Nelson n'était pas avec moi.. Il n'aurait pas fait long feu face à ce molosse. Un félin contre un canin, l'issu ne faisait aucun doute. D'ailleurs, le chien se releva, fit un pas et me montra son horrible dentition prêt à me croquer au moindre faux pas de ma part. Son maître le calma immédiatement et le fit même disparaître dans l'ombre de la rue. L'humain se redressa et avec un mot, l'avenue principale apparut devant mes yeux. Enfin ! Délivrance ! J'allai me précipiter vers la 'lumière' lorsqu'il se tourna vers moi pour à nouveau parler avant de disparaître dans la foule:

"Je te déconseille de t’éloigner des ombres de Salix. A moins que tu ne veuilles tomber sur des assassins plus…fiables que moi. Dix égens. C’est mon prix. Bonne chance pour la suite."

C'était quoi cette histoire d'assassin ? Je savais que je n'étais pas toute blanche et que j'étais recherchée mais j'avais toujours su me débrouiller pour éviter les ennuis. Sauf depuis récemment avec l'homme chat. Ça c'était un peu compliqué, c'est vrai. Mais seule je m'en sortais toujours. Et cette histoire de prix ? Dix égens ? C'était censé vouloir dire quoi ? Enfin soit. Je suivis ses traces. Ou du moins, je sortis de cette sombre ruelle. La nuit commençait tout juste à tomber. Je retrouva alors la foule. Nauséabonde et dense. Je n'appréciais pas spécialement ce genre de chose. Mais c'était mieux que les ténèbres où j'étais emprisonnée précédemment.

Je repris ma route comme si de rien n'était. Sauf que.. Je ne savais plus vraiment où se trouvait l'entrée principale, là où je devais retrouver mon compagnon de route. Je soupira en marquant un temps d'arrêt. Je n'étais pas sortie de l'auberge. Je marcha plusieurs mètres avant de me rendre compte qu'il ne s'agissait pas de la rue principale à proprement parlée mais plutôt d'une rue commerçante. Je me frappa mentalement. J'étais vraiment trop bête ! Je fis demi tour pour emprunter une ruelle adjacente, qui j'espérais me conduirait directement à l'endroit où je souhaitais me rendre. Il y faisait noir quand même. La nuit avait fini par tomber donc c'était logique. Quasiment au bout de l'allée, deux hommes bloquèrent la 'sortie' et trois autres 'l'entrée'. C'était une blague.. ? Je ne pourrais donc pas être tranquille aujourd'hui ?! Les hommes prirent la parole les uns après les autres :

- "Tiens, tiens. Regardez un peu ce que nous avons là."

- "Ne serais ce pas la personne que nous recherchions ?"

- "Elle n'est pas si mal."

Les deux hommes qui étaient restés silencieux avaient chacun attrapé l'un de mes poignets. Je tourna la tête à droite puis à gauche. Ils avaient vraiment une sale tête. Une de celle qui ne nous revenait pas. Les individus n'étaient pas si fort que ça. Enfin. La pression qu'ils exerçaient n'était pas des plus importante. Je pourrais les maîtriser sans trop de problème. C'était sans compter les trois autres. L'un d'eux s'approcha et me fit relever la tête de force. Nos regards se croisèrent. Il dit que je n'allais pas pouvoir leur échapper. Avec un lueur de défi je leur répondis :

- "Je ne suis pas n'importe qui vous savez. Je n'ai pas peur de vous."

J'étais un peu trop sûre de moi. Beaucoup trop même. Ces hommes devaient déjà savoir qui j'étais et ce dont j'étais capable. Je laissa mon corps libérer l'électricité que j'avais accumulé. Un des individus qui ne me touchait pas tomba au sol, le second également. Les trois autres par contre.. N'avaient pas bouger d'un pouce. Ils étaient insensible aux volts ou quoi ?! Je les regarda avec un peu plus d'insistance et constata qu'ils portaient des drôles de gants à la matière inconnue. J'étais, comment dit on déjà ? Fichue? L'homme en face de moi sortit un petit couteau et entailla ma joue gauche. Je sentis le liquide rouge couler le long de cette dernière. Je n'avais pas peur. Mais je retenta tout de même un nouveau coup de jus qui fut inutile. Encore une fois.

Alors que la lame s'approchait encore de ma peau, je ferma les yeux. Des hurlements retentirent. Je rouvris mes prunelles et un énorme lézard à la couleur sombre était sortit de nulle part. Il croqua un par un les trois hommes qui me retenaient. Je recula de plusieurs pas. L'animal se tourna vers moi. J'étais la suivante ? La bête m'inquiétait plus que les hommes d'il y a quelques secondes. Pourquoi ça n'arrivait qu'à moi.. ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Rose collectée: 1 de Epsio.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize] Dim 13 Oct - 12:48

Treize leva les yeux vers le ciel. Il avait les jambes en feu. Il marchait avec hargne. La colère voilant sa raison. Fuir, fuir loin. Loin de toutes ces ombres, loin de ces hallucinations maladives. Loin de lui-même. S’isoler de nouveau dans sa bulle de raison, laisser tomber le boulot un moment, laisser tomber ce passage de sa vie sans queue, ni tête, et passer à autre chose. Loin de cette jeune fille, loin de ces pensées opposées, loin de cette autre partie de son cœur.
Le visage pâle, la mine sombre, il accéléra le pas. Il fut pris de violente crampes, mais continua à marcher. Plus loin, toujours plus loin. Ne pas sombrer, ne pas se stopper. Marcher. Et penser uniquement à ce fait. Marcher. Avoir les jambes brulantes, une explosion de battement sanguin dans la poitrine, et savourer la douleur. Celle qui vous fait tout oublier. Jusqu’à vos propres pensées rationnelles.

L’oubli total, et définitif de soi. De son être même. Suis la route, ne te fit plus ni à l’ombre ni à la lumière. Il en aurait presque pu en perdre ses sensations. Douleur prédominante, et picotement dans les mains. Langue de vipère, et écaille noire contre sa peau. Iris rougeâtres reptilienne, et griffes blanche, ardente. Un lézard impressionnant, avec du sang coulant le long de ses dents de rasoir. Il en eut presque envie de hurler. Mais pourquoi donc, devait-il ainsi perdre la raison ? Il aurait dû tuer cette gamine, rien de plus, rien de moins. Et arracher une page de plus de son cahier mémorielle.

Tourner la page. Assis par terre, les mains couvertes de sang, il se maudissait intérieurement. L’air maussade, il lui restait quelque trait appartenant au lézard noir. Les yeux vermillon, les longues griffes, le sourire du diable, et quelques écailles osseuses autour des poignets. Il allait la tuer. En finir simplement et définitivement. Comme ça, il serait libre, ses ombres ne se focaliseraient plus sur elle et ses cheveux d’or. Il aurait enfin la paix. De marbre, il tendit sa main, ombre lame, vers le visage de la fille. La tuer. Il devait la tuer.

Sa main effleura la peau blanche, et laissa une légère trainé rougeâtres. Il tremblait. Il se vit ouvrir la bouche, et sourire. Pourquoi ? Pourquoi ? Il ne voulait pas ! Juste l’éliminé et en finir avec ses ombres. Mais il n’est que pantin. Elles contrôlent tout. Marionnettiste placé sur le piédestal de sa raison. Le chien aboya à travers sa voix.

-Paye. Je t’ai sauvé la vie, et je ne bosse pas gratuitement. Alors paye, ou court vite.

Cède. Cède. L’écho de ces phrases résonnait dans son crâne.

*Cède !*

Son corps trembla de nouveau, ses jambes réclamaient sa marche d’oubli.

*Cède !*


Il réussit à articuler.

-Je ne cèderais pas. Je te tuerais, si tu ne payes pas.


Sa phrase avait été falsifiée. Mais à quoi bon ? Les ombres la voulaient en vie, lui à l’état de cadavre. Le combat contre lui-même commençait, et la jeune fille devait se rendre compte que sa vie ne tenait qu’à un fil.
Revenir en haut Aller en bas
Kei Hynawa
Admin'
Admin'
avatar
Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2013

Feuille de personnage
Âge: 19 ans
Pouvoir:
Lien :
MessageSujet: Re: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize] Mer 16 Oct - 22:10

A peine avais je quitté le drôle d'adolescent au cheveux noirs que je m'étais à nouveau retrouver dans les ennuis. Je commençais vraiment à croire que je portais la poisse et que c'était une mauvaise étoile qui veillait sur moi. C'était plus que probable vu tout les problèmes qui m'arrivaient ! A peine je m'en dépêtrait d'un que je plongeais directement dans un second. Là, je m'étais trompée de rue principale. Fallait vraiment être idiote pour se tromper comme ça. Et bien sur ça n'arrivait qu'à moi. J'avais soupiré avant de faire demi tour et d'emprunter une allée assez sombre où j'étais tombée nez à nez avec cinq individus, plus que mal intentionnés. C'était des chasseurs de primes qui en voulait à ma vie. Ils avaient bien prévus leur coup. Leurs mains étaient couvertes de drôles de gants qui stoppaient l'électricité que mon corps était capable de produire. Il avait été impossible pour moi de me dégager de leur emprise. J'avais fermé les yeux sentant lentement ma fin approcher. Puis des cris parvinrent à mes oreilles. Mes prunelles se rouvrirent pour voir mes agresseurs dévorés par un énorme lézard noir. Il faisait encore plus peur que les hommes. Si j'avais pu reculer, je l'aurai fait. Sauf que la, j'avais déjà le dos au mur. Je frissonna lorsque la bête porta son attention sur moi. Je devais être la suivante sur sa liste de personne à manger aujourd'hui.

Peu à peu, le lézard prit forme humaine. Des écailles restèrent néanmoins sur ses poignets. Ses yeux étaient rouges sang. Ses ongles avaient pris des allures de griffes et le sourire qu'il affichait faisait froid dans le dos. Je réussis néanmoins à reconnaître l'homme que j'avais eu en face de moi quelques minutes auparavant. C'était quoi ce type ? Un hybride reptile comme Nelson ? Autre chose ? Il me fichait la trouille en tout cas. Je déglutis lorsque je sentis sa main froide toucher ma joue. Il parla :

"Paye. Je t’ai sauvé la vie, et je ne bosse pas gratuitement. Alors paye, ou court vite. Je ne céderais pas. Je te tuerais, si tu ne payes pas."

Payer ? J'étais une itinérante. Pensait il vraiment que j'avais de l'argent à jeter par les fenêtres pour une quelconque protection ? Surtout que je ne lui avais rien demandé ! Le garçon semblait être en désaccord avec lui même. C'était assez étrange à voir. Cependant avoir un gamin complètement instable n'était pas quelque chose de très rassurant. Notamment au vu de son allure actuelle. Ça craignait vraiment pour moi. Mais il fallait que je me ressaisisse. Je n'étais pas une faible femme non plus ! Je respira un bon coup avant de le repousser vivement. Je m'écarta ainsi du mur qui me servait d'obstacle. Je le regarda ensuite, en laissant une distance de sécurité :

- "Je suis désolée mais je n'ai pas d'argent à te donner. Je ne suis pas comme tout ses riches qui jettent leurs pièces par les fenêtres par pur caprice. Je peux juste te remercier verbalement de m'avoir aidé. Même si je ne t'avais rien demandé. Mon ami m'attend. Je dois y aller."

Je le devinais instable. C'est pour ça que je recula progressivement sans le quitter des yeux. Mes doigts étaient près à lui lancer l'étincelle au moindre mouvement suspect de sa part. Si il voulait tant que ça me tuer qu'il se prépare. Je n'allais pas le laisser faire aussi facilement. L'homme chat blessé m'attendait. Je ne voulais pas qu'il s'inquiète encore plus qu'il ne le faut.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Rose collectée: 1 de Epsio.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize]

Revenir en haut Aller en bas

Un petit problème n'arrive jamais seul [Pv Treize]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shouro Jidai :: Hors RP :: Archives :: RPs Abandonnés-