Shouro Jidai

L'époque des clochers
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre... [PV Treize]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre... [PV Treize] Dim 29 Sep - 21:49

A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre...

    «Va t-en de chez nous monstre! L'on ne veut pas de personne comme toi ici, vous ne nous faites pas peur!»

    La peur... quel est celui qui pourrait affirmer connaître réellement la peur? Cette émotion qui nous paralyse, qui nous empêche de poursuivre notre route... je ne vous parle pas seulement des craintes que l'on peut avoir en marchant le soir dans la nuit noir, où bien en croisant une personne un peu folle nous mettant alors sur nos gardes. Je vous parle de la véritable peur, celle qui vous refroidit le sang, vous coupe le souffle, car vous le sentez... vous le savez, vous ne ressortirez pas sans séquelles de cette situation. Cette peur, Esmée la connaît... non pas pour ça propre personne, mais c'est ce qu'elle peut faire ressentir aux autres. En effet, la jeune femme fait partit des créatures de la nuit, celles qui n'ont aucunes pitié pour goûter au précieux liquides qui coule dans vos veines. Il est bien difficile de croire qu'une jeune fille comme elle puisse faire subir de pareil souffrances... et pourtant... Néanmoins, et ce malgré les airs qu'elle se donne, Esmée tente tout de même de refaire battre un cœur en elle. Aujourd'hui encore, elle avait accepté l'approche d'un jeune homme, chose rare. D'ordinaire, la vampire n'est pas des plus sociables, elle ne se laisse que difficilement approcher. Ayant perdu toutes confiances envers les autres, son insociabilité, sa froideur, et même les horreurs qu'elle fait subir lui servent parfois de se défendre. Cela paraît idiot n'est ce pas? Un immortel craignant les autres... pathétique, et elle le sait bien. Mais encore une fois elle aurait mieux fait de rester dans son coin... le jeune homme n'avait pas d'intentions très nobles envers Esmée, et ce qui devait arriver arriva... Il avait osé poser ses sales pattes sur elle... il devait le payer. En seulement quelques secondes, l'homme était à terre, et se faisait vidé de son sang. Tout en buvant le sang de cet homme elle se mit à imaginer comment se serait dérouler les choses si elle était simple mortelle, et si son geste en avait vengé plus d'une... c'est dans ces moments là que l'on apprécie encore plus ce repas. Elle fut vite extirpée de ses pensées lorsqu'elle entendit crier des passants.

    Ces derniers la traitèrent de tout les noms, ne cherchant pas à savoir le pourquoi du comment. D'un certains coté... méritait-il réellement la mort? Esmée se releva rapidement, et regarda le cadavre sous ses yeux. Elle se mit à se dégoutter... un dégoût pour ce qu'elle avait fait... un dégoût pour ce qu'elle est devenue. En tout les cas il ne valait mieux pas rester dans les parages, des villageois étaient déjà à ses trousses. C'est donc sans regarder derrière elle, que la demoiselle partit en courant le plus loin possible de la ville pour venir se réfugier là où peut de personne ose s'aventurer. La forêt noire étant réputée pour être malveillante, elle pouvait venir tranquille surtout lorsque la nuit tombée. Seul quelques voyous ou alors de jeunes inconscients qui ont soif d'aldrenaline viennent en ce lieu. Esmée finit sa course à l'entrée de la forêt, elle se posa contre un arbre et se laissa glisser le long pour enfin s’asseoir. Sa tête se posa doucement contre l'arbre et son regard vogua dans le ciel commençant doucement à noircir afin de laisser place à une lune éclatante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre... [PV Treize] Lun 30 Sep - 23:03

Le village lui semblait beau. Assis, main autour de ses genoux sur un toit, il observait les petites flammes dorées des lampadaires grésillées dans le noir. Un léger souffle de vent fit tourbillonner son long manteau dans les airs. Plus qu’une cape. Une couverture. Une maison chaude, et agréable, qu’il portait en permanence sur le dos. Il n’y avait aucun bruit. Les rare passants étaient silencieux, et les quelques femmes qui se penchait à l’orée de leurs fenêtre admirait la beauté de la lune de nacre.

Une magnifique lune pour ainsi dire.  Banche, porcelaine, et vivante. Il aurait presque pu la voir bouger. Sourire. Ses yeux vert vif se voilèrent un instant. Quel calme. Quelle paix. Il aurait voulu rester ainsi le restant de ses jours. A rêver éveillé, à admiré les feux de Bengale. Les paupières entrouvertes, savourant un instant de repos dans son calvaire, profitant de l’obscurité pour déployer ses grandes, belles, et fragiles ailes noires. Il sentit le souffle de la brise entre ses plumes, dont quelques-unes s’envolèrent.

L’esprit brumeux. Il aurait voulu rester dans cette léthargie bienheureuse pendant des heures encore. Mais il ne put que se réveiller quand des cris résonnèrent dans le fond de son crâne. Il observa donc la scène qui se passait devant ses yeux. Du haut de sa place forte, il vit des villageois, tous humain il lui semblait, courir regards haineux, insultes aux lèvres derrière une jeune femme.

Du haut de son toit, il ne pouvait voir que sa longue chevelure ébène, volé dans le vent avec une élégance à peine caché. Jolie. Elle courait avec fluidité, ignorant presque les gens derrière elles qui la huait. Comme si c’était le cadet de ses soucis, avec une indifférence magnifique. Très jolie.
Il se redressa. Des ombres qui bougent autour de lui. Qui semble se mouvoir. Il les aperçoit du coin de l’œil. Il les avait pourtant chassé il y a peu…un peu de sérénité, est-ce trop demander ? Il pivota vers les mouvements, mais il n’y avait rien…rien à part les ombres. Forcément. Il eut un rictus, et maudit ses hallucinations déjantées. Il se retourna à temps pour voir la jeune femme disparaitre dans la pénombre de la forêt. Dans un soupir, il pensa avoir retrouvé sa tranquillité une fois cette curieuse femme  partit du village.

Mais loin de là l’avis des villageois, révolter. Ils l’aperçurent du haut de son perchoir, et lui lancèrent pierres, et fourche. Presque qu’on ne lui crachait pas dessus. Il se retint de ne pas riposter, et s’envola d’un coup d’aile loin du village. Très peu pour lui, être malmené. Mais où aller désormais ? Il se posa au sol, et plia avec difficulté ses larges voilures, couverte de plumes. La fatigue surement.

Les ailes à moitié plié, les plumes effleurant le sol, il s’aventura dans les sous-bois. Sombre. Macabre, et grouillant de vie. Il avançait, marchait sans cesse. Sans même ressentir la moindre fatigue, sous le regard bienveillant de la lune. Ses pensées dérivèrent. La fille. La retrouverait-il  au hasard dans cette forêt ? Morte ? Ou vivante ? Il entrevit deux lueurs rouges. Tel des rubis brillant dans le noir complet. C’était beau.

Il se tourna pour les voir complètement. C’était elle. La jeune femme. Ses cheveux noir, sa sature si particulière, et ses yeux. Très, très beau yeux. Deux perles sanglantes. Deux rubis, qui rencontrèrent deux émeraudes. Vert, contre rouge. Il ne bougea pas, restant immobile devant elle. Son aspect décharné, ses ailes pliées aux courbures étranges, et sa mine sombre ne devait pas être rassurante. Mais là n’étais pas son souci premier. La poitrine de la femme ne se soulevait plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre... [PV Treize] Mar 1 Oct - 9:51


    La tranquillité, c'est aussi ce qu'elle pouvait espérer une fois rendue dans la forêt. Juste le bruit des froissements des feuilles dans les arbres à cause du vent qui soufflait doucement. Un tête à tête entre elle et la pleine lune, sa bienfaitrice. Devant elle au moins, elle n'a pas besoin de se cacher, pas de besoin de la craindre. C'est sa seule amie, sa confidente... Une amie silencieuse qui vous écoute, qui ne vous juge pas, qu'importe ce que vous êtes. Pourtant il y a ce manque... le problème étant que justement, elle ne parle pas. Esmée se sentait malgré sa compagnie, bien seule. Il lui arrivait très souvent de parler toute seule, en devenait-elle folle? C'est possible, mais qui ne le serait pas d'une profonde solitude. Ses pupilles continuèrent de dévorer la lune, quand soudainement elle perçut de ses oreilles un bruit provenant de tout prêt. Elle n'était pas seule, mais même sans l'entendre elle aurait pus sentir cette aura de sang qui s'approchait d'elle. Serait-ce l'un de ces humains qui la suivit? Dans ce cas il serait bien fou, car il se ressortirait jamais de cette endroit. Esmée se releva, jetant son regard dans la direction de l'inconnu. L'obscurité de la foret l’empêché de bien percevoir celui qui se tenait devant elle, un peu plus loin. Il ne s'approchait pas plus, il l'avait de même perçu. Sur le moment elle ne sut pas comment réagir, s'il s'agissait de l'un de ces humains elle pouvait en un claquement de doigt le mettre à terre. Mais elle pouvait aussi s'en aller, car après tout... malgré ses airs, ce n'est pas une meurtrière. Un rayon de lune lui permit de percevoir une étrange masse noir derrière l'individu... des ailes. Ce sont bels et bien des ailes noires. Il n'était donc pas humains, chose légèrement plus inquiétante. Peut être était-il de leur coté. Comment réagir maintenant? Contre des humains, il est certains qu'elle a le dessus. Mais elle savait qu'elle n'était pas la seule créature dans ce monde, qu'il y en avait bien d'autres. Fait-elle le poids contre l'une d'entre elles.

    Qu'importe, elle n'allait pas lui montrer signe de faiblesse. La jeune femme fronça les sourcils et sortit un grognement sourd de sa gorge. Ses lèvres dévoilèrent ses crocs, des crocs assoiffés par le sang. Qui pourrait avoir peur d'une femme t-elle qu'elle? Il fallait bien qu'elle se montre imposante, qu'elle montre qu'il sera difficile de la mettre à terre. D'autant plus qu'elle ne savait pas qui se trouvait face à elle, en tout les cas s'il comptait attaqué il lui faudra être plus rapide. Sur le moment, son esprit était noyé par ses pensées, elle avait peur, mais elle ne se laisserait pas faire. Paranoïaque? Vous le seriez si vous aviez vécu tout ce qu'elle a pus vivre. Il est vrai que si l'on se monte la tête à chaque inconnu rencontré, on pas finis de voir le mal partout. Mais pour elle le mal est partout, dans chaque recoins. Le mal nous entoure, le mal... c'est elle. Ses poings se serrèrent pour cacher les tremblements.

    «Je ne sais pas ce que vous voulez, mais je vous conseil de vous en aller. Si je décide de vous prendre en chasse, croyez moi, vous ne verrez pas le soleil se lever.»

    Des menaces, commençons donc par cela. Parfois il lui suffit simplement de ça pour faire partir les moins téméraires, mais cette astuce marche surtout sur les humains les plus peureux. A t-elle une conséquence sur les autres créatures peuplant ce monde? En tout les cas, elle se tenait prête, à réagir s'il se décidé d'être un ennemi et de l'attaquer.
    [/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre... [PV Treize] Ven 4 Oct - 20:00

Plus de respiration. Plus de souffle. Une vie dans un corps mort. Il c’était toujours demander comment était-ce possible. La magie de la nécromancie peut être ? Ou des générations d’évolution qui donnait l’éternité à certaines créatures et pas à d’autre ? Lui-même avait un métis assez évolué. Il avait le bon côté des deux espèces en son pouvoir. Il frissonna. Enfin…plus ou moins en son pouvoir et avec des effets secondaires indésirables. Mais ce n’était qu’une question de maitrise. Mais de quel type était-elle ? Morte-vivante ? Goule ? Ou bien… L’inconnu montra des crocs acéré et poussa un bruit rauque, et remplis de menace à sortir de sa gorge. L’étincelle significative à la compréhension éclata en lui.

Vampire.

Une de ses ailes, se mit à battre convulsivement contre le tronc d’un arbre, dans un bruit osseux. Il en perdit quelques plumes. La lune éclairait les buissons, et il devait être visible maintenant. Belle lune, clair, couleur porcelaine. Mais l’attitude agressive de la vampire ne lui plaisait guère malgré la beauté froide de ce paysage. Pourquoi se montré aussi violente pour si peu ? Une peur bleu surement…c’est vrai qu’il n’avait guère un air sympathique.

Taillé par la fatigué. Le visage cerné, et pâle rehausser par la lumière de l’astre d’argent. Les yeux verts à demi-clos maintenant, mais toujours aussi perçant. Transperçant d’ailleurs, ce vert émeraude. Singulier. Ses bandages volèrent dans la brise. Il en avait tellement, enroulé autour des bras, que le surplus glissait, et restait en pendre dans le vide. Comme des étendards blanc nacré. Le vent, forcit, se leva. Toute la forêt semblait en mouvement désormais. Comme pour les prendre au piège tous deux, les happé jusqu’à leurs oublie d’eux même. Leurs enfermement total dans cette prison d’arbres noueux, et de terre fraichement retourné par, et pour, les morts. Tout ici était malsain, et suffocant malgré l’air frais qui leurs parvenait des plaines lointaines.

Mais la peur ne lui enserrait pas le cœur. Il était en sécurité. Au creux de ses ombres, et même en dehors. Il savait pertinemment se défendre seul, contre tout, et n’importe quoi. Il ne disait jamais non à une bonne bagarre, surtout quand celle-ci pouvait se terminer en bain de sang. Un vampire était-il fort ? De ce qu’il en savait oui. Il cligna des yeux, et les ouvrit un peu plus. Jute de quoi voir ses pupilles.

Vampire…ce mot ne lui inspirait rien. Ni peur, ni joie, ni autre. Il sonnait bien par contre. Il aurait largement préféré savoir le nom de la jeune femme que de connaitre sa race. A quoi bon ? Fatigue, rage, colère, peur, ou menace…il n’avait pas envie de se battre. Pour une fois. Il était donc hors de question de répondre à la provocation de la vampire. Il se contenta lui-même d’un grondement profond et animal. Réclamant sa tranquillité, de plusieurs battements d’ailes douloureux dans une menace sourde. Qu’on le laisse en paix.

Il se traina ensuite, plus qu’il ne marcha, à travers les feuillages dense, et partit s’assoir sur le sol, le dos collée, et vouté,  à un arbre non loin. En face à face parfait avec la jeune fille, les sens en alerte. Il était trop méfiant pour changer de posture. Se faire chasser ? Et quoi encore. Un tueur n’en tue pas un autre…quoi que… il griffonne des symboles sur le sol de ses griffes coupantes comme des rasoirs. Appréciant la fraicheur de la nuit. Revigorant.

Pour rassuré le vampire à quelques mètre de lui, il marmonna tout de même une phrase de sa voix douce comme les anges et au timbre métallique démoniaque. Un parfait mélange d’un entre deux navrant.

-Arrête d’avoir peur. Même infime, cette sensation me donne la nausée. Chasse si tu veux, je veux juste être tranquille. Laisse-moi, ou reste ici, je m’en moque. T’en que tu ne m’importune pas…et je ne partirais pas.

Et c’était vrai. La sensation qu’elle cachait dans son ombre…était un mélange de peur et d’agressivité intolérable. Alors de l’un ou l’autre, il préférait encore la colère. Il se comportait comme un animal vieux et fatigué. Mais il l’était. Vieux et fatigué. Surtout fatigué. Une de ses voilures, ne supportant plus la position tordue, se déplia dans plusieurs craquements sinistres. Elle s’étala sur le sol, se dépliant, se repliant nerveusement. Il était trop fatigué pour les rétracter entièrement. Une procédure loin d’être simple, et très douloureuse. Quoi que fasse la  jeune femme, qu’elle le morde ou pas lui importait guère…sa capacité de régénération touchait aussi son sang. Il ne ressemblait à rien. Un hybride aux ailes brisé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre... [PV Treize] Dim 13 Oct - 12:26

    Le jeune homme face à elle ne donnait pas une impression de dangerosités, bien au contraire. Il n'était ni agressif, ni bras ouverts devant la demoiselle mais il en était mieux ainsi. Il est simplement indifférent et c'est cette attitude qui eut le dons de calmer progressivement la jeune vampire. S'il se serait montrer dangereux certes elle aurait répliqué, mais n'est ce pas plus inquiétant de voir une personne qui vous est inconnu vous tendre les bras dès le départ? Cette attitude laisserait perplexe. Esmée le regarda s'asseoir non loin d'elle, sans trop savoir comment réagir. L'homme aux ailes d'ébènes ne semblait pas au meilleur de sa forme. Non... ce dernier semblait abattu et épuisé. Peut être que lui aussi était rejeté par les autres comme elle pouvait l'être... Cela expliquerait de même sa présence ici. On pouvait leur accorder déjà un point commun, le recueillement dans un lieu qui n'attire peu de monde. Ici ils étaient tranquilles, seul avec le bruit de la nuit. La jeune femme desserra les dents démontrant alors une attitude plus décontractée. Toute fois, elle garda une certaine distance par précaution, après tout l'on ne sait jamais, il pourrait être un bon manipulateur. Esmée souffla, elle s’agace elle même d'être aussi méfiante, attitude qui lui gâche bien souvent la vie la forçant ainsi à toujours se cacher mais aussi à se montrer agressive... D'autant plus qu'en réalité il n'en n'est rien. Elle alla à son tour se poser près d'un arbre en face de l'homme tout en le scrutant de ses grandes pupilles rougeâtres. Un sentiment de pitié s'empara d'elle, qu'avait-il pus bien arriver à cet homme pour qu'il en soit rendu dans cet état? Comme elle, serait-il fatigué de fuir? En tout les cas elle n'avait aucunes intentions de partir. Assise, jambes repliées contre sa poitrine, ses bras entourant ses jambes, la jeune femme sembla paisible et sereine face à l'inconnu.

    «Je n'aurais aucunes raisons de t'importuner si tes intentions ne sont pas néfastes. Puis je tout de même te demander ce qu'il t'es arrivé pour que tu sois dans cet état?»

    Et en quoi cela pouvait-il bien la regarder? Il est clair que l'inconnu face à elle peut très bien lui dire de s'occuper de ses affaires, ce qui dans un sens elle comprendrait parfaitement. C'était... Disons une méthode pour elle afin d'entamer la discussion. Pourquoi? Simplement car elle aimerait se donner un défis à elle même, en acceptant la présence d'une autre personne. Qui sait, peut être qu'elle se découvrira sous un autre angle. Et puis si elle se fait renvoyer, qu'est ce que cela pourrait bien lui faire? La vampire continua de la dévisager, et ce malgré la noirceur qui les entourés. Chose étrange, elle lui accorda un léger sourire mais qui laissait paraître plus une pointe de malice qu'autre chose.

    «Le volatil que tu es se serait laisser manger si facilement?»

    La plaisanterie? Cette méthode marche t-elle réellement pour apprendre à deux personnes à se parler. Encore une fois la vampire perdit le sourire et soupira, elle n'était vraiment pas douée pour ce genre de chose. Cependant, un son lointain la tira de ses pensées. Elle releva la tête et tourna son regard au loin. Ses pupilles semblèrent reprendre leur froideur, mais ce n'était pas envers le jeune homme.

    «Ils t'ont suivis... tu les as emmener jusqu'ici!»

    Lorsqu'elle disait cela elle n'avait pas d’agressivité envers ses paroles, non. Car elle savait que lui de même tentait de les fuir donc il n'aurait sûrement pas emmener de lui même les autres ici. Elle se releva, guettant toujours dans la direction où le bruit fut perçut. Peut être passeront-ils à coté sans les remarquer... Après tout elle ne les trouvait pas des plus fins... Mais par précautions peut être ne valait-il mieux pas rester ici. Esmée s'approcha du jeune homme et s’accroupit près de lui tout en lui murmurant avec un léger sourire.

    «Je suppose que tu n'as pas peur d'eux comme moi je peux de même l'être. Mais tu ne m'as pas l'air en état de pouvoir te défendre grandement si ceux ci on ramener «leurs amis».»

    Par là elle pouvait bien entendre des gens comme eux si j'ose dire. Car en effet, beaucoup de créatures sont du cotés des humains, qu'importe leurs opinions. La jeune femme se releva et attendit une réaction de l'inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre... [PV Treize] Ven 18 Oct - 18:59

Tout le long de cette courte conversation à sens unique, il n’avait pas détaché ses pupilles verte verticales de la jeune femme. La tête légèrement baissé, ses cheveux brun-noir dansant dans la brise. Il était plus immobile que le roc, on l’aurait cru faisant partit entière de l’arbre contre lequel il était adossé. Il l’écoutait d’une oreille attentive, et avec intérêt. Il ne montrait aucune expression, ni émotion. Son absence de réaction en aurait énervé plus d’un, mais elle ne lui en tint pas rigueur. Presque qu’elle ne le remarquait pas.

Mais, ce masque d’indifférence cachait un bien-être certain. Il appréciait les paroles de la jeune femme, et sa tentative d’humour faillit même lui tiré un rire. Il ne se sentait, ni forcé, ni importuner, ni exclus, et surtout lui-même. Certes, une personne froide, avec une absence de chaleur humaine assez flagrante, mais aussi avec son caractère. Son autre lui, lui semblait profondément endormi d’un sommeil apaisé. Et, il devait avouer, il aimait cela.

Parler en étant maitre de ses pensées, et de ses ombres. Les hallucinations auquel il était confronté étaient toujours là bien sûr. Quotidienne. Mais moins agressive, plus…étrange. Il ne poussa pas sa réflexion plus loin. Trop fatigué, il en avait peut-être assez de réfléchir. Il voulait la paix, et le calme. Mais un peu de compagnie ne lui déplaisait guère. Surtout quand la personne en face de lui, était assez mûre pour comprendre ceci. Un vampire devait, lui aussi, être seul.

Finalement, elle se redressa subitement, et déclara qu’il avait attiré les mauvaises graines par ici. Il en fut surpris. Quel être humain serait assez fou pour pénétrer la forêt en pleine nuit ? Habité par une vampire et un…un…hybride… démon…ange…un autre quelques chose on va dire. Elle se pencha à son oreille. Autre surprise après ces paroles. Certes, il était dans un état misérable, mais était-il si faible ? Il mit ses mains devant lui. Elles tremblaient. Il se sentait fort pourtant. Comme à son habitude.

Ses ailes était véritablement tordu maintenant. Il en ressentit une certaine colère. Il se releva, et les étendis d’un coup, avant de hurler de douleur. Combien de fois les os plié avaient craqué sinistrement ? Ses ailes semblaient désormais, comme neuves, mais cela lui avait fait tellement mal. Il toussa un peu de sang, et hoqueta de rage. Il replia ses ailes convenablement dans son dos d’un geste ample de ses plaques osseuses.

La douleur. Il ne serait jamais habitué à cette sensation. Il s’autorisa un soupir de soulagement. Le pire était passé. Les cris des malheureux êtres humains atteignirent ses tympans. Il jeta un regard dans les ombres mouvantes, dont les crocs réclamaient leurs repas, et se précipitait déjà vers les hommes. Il cligna des yeux. Etre un protéger des ombres pouvait être un avantage dans ce genre de situation. La forêt donnait vie à ce qui n’en avait pas. Même à elles. Il tourna la tête vers la jeune femme, et assura d’une voix posé, un léger sourire aux lèvres.

-Je te suis.

Sourire qui disparut très vite. Nouvelle question, qui plus qu’un rajout, lui sembla nécessaire.

-Qui est tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre... [PV Treize]

Revenir en haut Aller en bas

A l'entrée des bois, une nouvelle rencontre... [PV Treize]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shouro Jidai :: Hors RP :: Archives :: RPs Abandonnés-